2013 : DE L’OPTIMISME QUOI QU’IL ARRIVE !

Finalement, les catastrophes annoncées pour 2012 (la fin du monde le 21 décembre, le décrochage de la Grèce, le krach des marchés obligataires, le mur fiscal américain) n’ont pas eu lieu et l’année écoulée, en dehors du problème récurrent du chômage et de la dette publique, se termine plutôt bien sur les marchés financiers, même si l’accalmie des fêtes ne masque en rien les inquiétudes et difficultés pour l’avenir. Le CAC 40 a repris des couleurs en 2012 avec une progression de 15 % en clôturant à 3.641,07 points. 2012 est donc une année payante pour ceux qui ont accepté de prendre des risques. Ainsi, depuis le 1er janvier 2012, les Actions françaises ont pris + 15,97 %, les Actions européennes + 14,59 %, les obligations emprunts d’Etats euro + 7,84 %, les obligations d’entreprises euro + 12,75 % pendant que les fonds monétaires ne prenaient que + 0,63 %, l’immobilier ancien – 0,7 % (+2,8 % à Paris tout de même), l’Assurance-vie fonds en euro + 2,8 % et l’or + 5,87 %.

La bourse de Paris, à la différence de New York ou de Francfort, est encore très en deçà de son niveau de la fin 2007 (5.614,08 points). La possibilité pour la BCE de racheter des titres sur le marché secondaire a changé la donne. De plus, la croissance de l’économie mondiale a été de plus de 3 % et les grandes entreprises françaises travaillent  à plus de 80 % à l’international. Elles ont renforcé leurs implantations en Asie et en Océanie tout comme en Amérique Latine. Le décollage économique de l’Afrique constitue également une bonne nouvelle.

 

Wall Street finit l’année 2012 en beauté. Un compromis budgétaire a été obtenu in extremis à Washington, même s’il est provisoire. Le Dow a gagné 7,3 % sur l’année 2012, le Nasdaq 15,9%. L’action Apple a gagné 4,43% sur la séance, 31,4% sur l’année.

 

Et avec tout ça, que nous réserve 2013 ?

 

Et bien en ce qui concerne la bourse, les professionnels attendent une hausse significative des marchés, même si elle sera moins forte que l’an passé. Les actions européennes notamment, loin des sommets qu’on leur a connus, peuvent encore rebondir. Les analystes financiers sont donc plutôt optimistes, tout en suivant de près les indicateurs macro-économiques car l’environnement reste difficile et compliqué. Ainsi dans Les Echos du 4 et 5 janvier 2013, Romain BOSCHER, Directeur des gestions actions d’AMUNDI prévoit « le grand retour des dividendes en Europe », Martial GODET, responsable de la stratégie marchés émergents chez BNP Paribas « 2013 sera l’année des BRIC » (Brésil, Russie, Inde et Chine), pendant que Thierry DEHEUVELS, Directeur des investissements d’Oddo AM évalue « un fort potentiel de rattrapage dans la zone Euro » et que Vincent LE SANN, Directeur institutionnels et entreprises chez Portzamparc prévoit « des profits pour les PME-ETI en hausse de 16% ».

 

Côté politique, un calendrier de réformes pour 2013 a été annoncé le 3 janvier : emploi, taxe sur les très hauts revenus (malgré l’annulation par le Conseil Constitutionnel de la taxation à 75 % des revenus supérieurs à 1 million d’Euros, le gouvernement veut revenir à la charge), financement des retraites, etc.

 

Pour 2013, François Hollande veut donner un peu d’espoir aux Français.

 

Depuis des semaines, il ne cessait de répéter que « la crise est derrière nous », du moins la crise financière et de l’euro. Il reste, reconnaît-il, à sortir de la crise économique alors que les plans sociaux se multiplient en France. 

 

François Hollande aura à cœur de faire valoir les réformes engagées par le gouvernement : emplois d’avenir, contrats de génération, pacte de productivité… Il rappellera aussi l’importance qu’il attache à un accord des partenaires sociaux sur la réforme du marché du travail, à dix jours d’une rencontre décisive. Le président en attend un nouveau contrat social, une « démocratie sociale » promise dès juin 2011. 

 

Pour relancer la croissance, indispensable à la création d’emplois, François Hollande guette un changement de cycle économique. À l’Élysée, on surveille avec attention la situation économique en Chine ou aux États-Unis, moteurs possibles d’une nouvelle croissance mondiale. François Hollande veut que la France se tienne «prête» pour saisir ce nouveau souffle. S’il se lève. Mais au sein du gouvernement, tout le monde n’est pas si optimiste: «Je ne crois pas aux automatismes», expliquait un ministre en décembre.

 

Plus près de nous, à l’échelle de la région PACA, il y a des raisons d’espérer une année riche en  événements sportifs culturels, économiques et politiques, tels que :

Marseille-Provence 2013 : capitale européenne de la culture, un feu d’artifice de concerts, de spectacles, d’expositions

En matière de tourisme, la région Paca est la seule à progresser

2013 sera une année faste pour l’aéroport de Marseille Provence qui entend aller bien au-delà de la barre des 8 millions de passagers atteinte fin décembre, avec notamment l’ouverture fin mai d’une ligne sur New York par XL Airways.

Le Parc national des Calanques, premier parc périurbain d’Europe, va se mettre en place cette année pour la protection d’un territoire unique qui couvre les communes de Marseille, Cassis et la Ciotat.

2013 sera charnière pour le projet du réacteur expérimental ITER en cours de construction à Cadarache et qui doit conduire à la maîtrise de la fusion nucléaire. Dès ce 17 janvier, le siège de la plus grande coopération scientifique internationale sera inauguré. C’est en mars que sera achevé le radier en béton qui supportera le bâtiment d’assemblage. Le chantier des bâtiments qui abriteront le réacteur va aussi être lancé. Enfin, débuteront les tests pour l’acheminement des composants du réacteur. De quoi générer de l’emploi.

Un retour de l’OM en Ligue des Champions. De quoi espérer, au moins, une place sur le podium et, donc, un retour en Ligue des Champions.

Un titre pour le Rugby Club de Toulon. Le RCT attend ça depuis 21 ans. Actuels leaders du championnat de France et de leur poule de H Cup, ils peuvent légitimement viser un trophée.

Un grand Tour en Provence. Centième du nom, le Tour de France s’élancera de Corse pour la première fois de sa riche histoire. La région Provence sera particulièrement à l’honneur puisque la Grande Boucle y transitera durant sept jours. Marseille, Aix, Vaison, Gap, Embrun ou Chorges seront autant de sites d’étape, le clou étant l’ascension du Mont Ventoux, le 14 juillet.

 

En Languedoc Roussillon, la Région annonce 516 M€ d’investissements. Un budget primitif de 1,17 Md€, 974 M€ de recettes, 196 M€ d’emprunts, 215 M€ de capacité d’autofinancement (soit 40 % des investissements), et un encours de dette de 689 M€ sur 3,1 an (soit 259 € par habitant, contre une moyenne nationale de 280 €).

Les efforts d’investissement, qui devraient générer un effet levier annuel de 1,25 Md€, seront dédiés en priorité à soutenir le développement économique, la formation, l’économie sociale et solidaire, la jeunesse et le pouvoir d’achat.

 Parmi les investissements programmés sur l’année 2013 : 121,5 M€ pour la réhabilitation des lycées et la construction de deux lycées neufs (Sérignan et Argelès), 89,3 M€ pour les lignes à grande vitesse, 24,3 M€ pour le Plan Campus Université (Pôle Chimie Balard, nouvelle Faculté de médecine), 22 M€ pour les PRAE, 14,8 M€ pour les gares et le réseau TER, 11,6 M€ pour les ports de Sète et Port-la-Nouvelle.

 

En Languedoc- Roussillon comme en France, les entreprises du secteur des services technologiques sont les plus innovantes, devant celles du secteur des industries manufacturières, alors que les entreprises des services intellectuels sont en retrait. Si les deux premiers secteurs sont davantage innovants dans la région qu’en moyenne nationale, la propension à innover est plus faible dans les entreprises régionales des services intellectuels (CF. Étude INSEE Octobre 2012)

L’emploi lié au tourisme constitue une part importante de l’emploi régional, 6 %, soit 58 700 emplois en moyenne sur l’année. La région figure au troisième rang des régions françaises pour sa part d’emplois touristiques salariés dans l’emploi salarié régional (hors agriculture et fonction publique d’État) après la Corse et Provence-Alpes-Côte d’Azur. CF. « L’emploi touristique varie du simple au double au cours de l’année » Étude INSEE  Décembre 2012

 

Dans le Gard, les agglomérations de Nîmes et Alès créent un Pôle métropolitain- Gard. Les deux intercommunalités travaillent depuis plusieurs années à un rapprochement. Le nouveau Pôle métropolitain, créé le 31 décembre 2012, pourrait lever près de 600 M€.

Ce syndicat mixte vise, selon une loi de 2010, à mettre en place des actions communes à des établissements publics de coopération intercommunale à fiscalité propre dans les domaines du développement économique, de l’aménagement du territoire, du développement des infrastructures ou encore des services de transport.

 

Culturespaces a été confirmée pour huit ans. La Ville de Nîmes a renouvelé, fin 2012, la délégation de service public de Culturespaces. La société gestionnaire des Arènes et de la Maison Carrée prévoit d’investir 1,5 M€ dans ce cadre.

 

La SNC Lavalin gèrera l’aéroport de Nîmes- Gard. Le groupe canadien SNC Lavalin supplante Veolia Transdev qui, jusqu’à présent, avait en charge le développement de l’aéroport gardois. Il annonce la création de trois nouvelles destinations.

 

Dans l’Aude, il faut noter la création d’un centre nautique de 10 M€. Ce pôle ludique intercommunal, étendu sur 8 ha au cœur du pays minervois, coûtera près de 10 M€. Les premiers travaux ont débuté le 17 décembre 2012, pour une ouverture prévue en 2014.

 

Enfin, pour revenir à l’échelle nationale, internationale et au-delà, le business c’est aussi ce que nous réserve 2013 en matière d’avancées scientifiques, avec :

Le satellite Planck, lancé en 2009 sur les traces de la première lumière émise quelque 380.000 ans après le Big-bang, qui devrait produire la carte la plus précise jamais réalisée du Fond diffus cosmologique, ou rayonnement fossile, ce qui  permettra de comprendre ce qui s’est passé juste après le Big Bang, il y a plus de 13,5 milliards d’années.

Une carte du cerveau. Les milliers de connexions que lient les neurones dans le cerveau forment une carte appelée connectome. En 2013, dans le cadre du projet Human Connectome, des chercheurs vont analyser les cerveaux de 1200 adultes en bonne santé dont 300 jumeaux, pour étudier les variations individuelles dans les connexions entre les régions du cerveau. L’enjeu : comprendre les conséquences de ces différences notamment sur le plan de la cognition et du comportement.

 

Le pic solaire cette année. Les astronomes prévoient le pic du cycle d’activité de 11 ans de notre étoile. Au cours de cette période des taches sombres apparaissent à sa surface. Leur nombre peut atteindre 250 lors du maximum d’un cycle de forte activité. Les taches éjectent des flots de particules chargées du vent solaire qui perturbent la magnétosphère de la Terre, grillant parfois des composants électroniques de satellites ou parasitant les communications radio.

 

Après plus de deux décennies de forage, les scientifiques russes ont atteint en février dernier la surface du lac sub-glaciaire Vostok, en Antarctique. L’eau de ce lac n’a pas été en contact avec l’extérieur depuis plusieurs millions d’années. Les chercheurs espèrent découvrir si des formes de vie s’y sont développées et savoir par extension ce qui pourrait exister sous les glaces d’Europa, la lune de Jupiter. Deux autres projets d’études du sous-sol glaciaire antarctique vont également démarrer en 2013 : une équipe américaine se rendra au courant glaciaire Whillans, où la glace antarctique rejoint l’océan Austral et une équipe britannique au lac Ellsworth, situé également sous la glace.

 

Sur ces notes positives et somme toute réconfortantes (les projets innovants sont les bienvenus, surtout en temps de crise) toute l’équipe d’Axis & Search vous souhaite une bonne et heureuse année 2013 !

 

Le petit Analyste

 

 

Pour plus d’informations :

Étude à venir : Mai 2013 – L’année économique et sociale en Languedoc Roussillon Publication de l’INSEE

Enquête mensuelle des Entreprises Code 30 CCI Nimes

Information économique en Languedoc Roussillon – La lettre M