ÊTES-VOUS ROI, GUERRIER, POÈTE OU MAGICIEN ? ENTRETIEN AVEC JEAN-YVES PONCE, CRÉATEUR DE LA MÉTHODE RGMP

Vous expliquez dans votre livre que vos investiRGMPgations dans le domaine de la communication vous ont amené à créer la méthode RGMP. Vous qualifiez la méthode de pratique, simple et efficace. Pourriez-vous nous en dire plus ? Quelles sont les théories sur lesquelles s’appuie votre travail ?

Le problème quand on se lance dans l’étude de la psychologie de l’être humain en général, c’est que le domaine est tellement vaste et complexe qu’il faut des années pour l’appréhender et qu’il faut en passer par de très nombreuses publications austères bourrées de jargon technique. Mes lecteurs qui veulent comprendre leur équipe, leur couple ou tout simplement leur propre fonctionnement, n’ont pas forcément des années à consacrer à cet apprentissage. Avec le RGMP, je leur fournis une méthode élégante, simple et accessible d’apparence mais qui fourmille de détails et de références lorsque vous commencez à l’utiliser. Mes recherches ont commencé avec le travail de Carl Gustav Jung sur la symbolique. Celle-ci permet de faire passer énormément d’idées en une image, un symbole… Par exemple, si je vous dis que mon ami Thierry est un guerrier, sans le connaitre vous avez déjà une idée de son tempérament.

C’est là un exemple de la force de la symbolique. Ce travail des symboles a plus tard été repris dans une œuvre (King, Warrior, Magician, Lover : rediscovering the archetypes of the the Mature Masculine) du psychologue américain Robert Moore (1990). Cette symbolique m’a plu mais le travail de Robert Moore était trop centré sur les hommes et encore un peu « ancien » à mon sens. Bien sûr, le cursus de psychologie à distance m’a beaucoup aidé ainsi que les travaux sur la personnalité comme l’ennéagramme, le MBTI … Le manuel de diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM IV) est une source sur laquelle je m’appuie lorsque je parle du « côté obscur des tempéraments ». Mais le RGMP prend également ses sources dans des endroits inattendus. La thermodynamique par exemple, où votre avancée dans le RGMP se fait par un système d’attraction/répulsion ou d »‘énergie » comme la matière et l’antimatière. La théorie des jeux où je présente la meilleure « stratégie » relationnelle qui est celle ou chacun « gagne un peu » plutôt qu’un système de gagnant/perdant. Les travaux de la synergologie de Philippe Turchet, sur les personnalités conquérantes/syntoniques/vigilantes m’ont également aidé à mettre en mots certains comportements.

Le test RGMP est composé de 15 questions. Sa passation est simple en effet et rapide mais on ne peut s’empêcher de le comparer spontanément aux tests proposés sur Facebook. Pour le coup, il interroge sur la validité des résultats. Comment aussi peu de questions peuvent-elles dresser un portrait fidèle du sujet ? J’entends par portrait, le tempérament.

Le questionnaire n’est pas fait pour vous donner un résultat définitif et complet, d’ailleurs aucun test au monde ne le pourrait. Mais il est là pour vous donner une indication, une direction, « une ligne directrice ». Les 15 questions permettent de déterminer les traits les plus fréquents rencontrés dans les 4 tempéraments. Il s’agit des Big Five, les cinq traits centraux de la personnalité de Goldberg (ouverture à l’expérience, conscience, extraversion, agréabilité et névrosisme) qui sont communément admis dans les études théoriques de la personnalité. Après avoir passé ce test, vous devriez en savoir assez pour confirmer que les résultats vous correspondent et piquent votre curiosité pour aller plus loin et découvrir la méthode complète. Les fameux « tests Facebook » que vous mentionnez se fondent sur la lecture à froid (cold reading) et exploitent « l’effet barnum » c’est à dire que d’une façon ou d’une autre, vous pouvez vous approprier les résultats pour les faire correspondre à votre personnalité. C’est pour cela que vous avez l’impression de vous reconnaitre partout.

Vous ne pouvez pas faire cela avec le RGMP pour deux raisons :

1. Les traits sont différents et décrivent des comportements qui ne peuvent pas être appropriés par d’autres tempéraments (difficile de dire qu’un guerrier est à l’aise avec la poésie et a du mal à débattre par exemple).

2. Le but du RGMP est de décrire un tempérament et non une personnalité à part entière. Le tempérament, c’est le cœur du « moteur ». Les tempéraments peuvent se rejoindre (d’où les 4 « grands ») mais la personnalité, ce sont les sommes des préférences qui se greffent tout autour de ce « moteur » : il en existe une infinité.  Il est illusoire de vouloir les catégoriser ou les ranger dans des cases.

Si certains liens avec les facettes des 5 grandes dimensions semblent assez évidents pour chacun des profils RGMP (introversion/extraversion, réflexion/action, altruisme, sensibilité), cela semble plus compliqué pour certaines facettes. Prenons par exemple la stabilité émotionnelle : peut-on dire que les Guerriers et les Rois sont émotionnellement plus stables que les Magiciens ou les Poètes ? Pouvez-vous nous en dire davantage, au regard de votre pratique ou de vos études, sur les liens existant entre les 4 profils RGMP et les 30 facettes des « Big Five » ?

Il est plus important aux yeux d’un guerrier ou d’un roi de garder le contrôle de ses émotions (et donc de sa stabilité émotionnelle). Le roi parce qu’il en a peur, il sait que des émotions instables peuvent être dévastatrices. Il est plutôt du style à les réprimer et à les laisser s’accumuler dans un vase ou derrière un barrage. Le guerrier pense qu’en laissant libre cours à ses émotions, il se montre faible, ou en tout cas moins fort. Cela ne veut pas dire que les rois et guerriers réussissent à chaque fois et en toute occasion à stabiliser et contrôler leurs émotions, mais qu’ils vont naturellement chercher à le faire (inconsciemment ou non d’ailleurs). Avec un(e) mage ou un(e) poète(sse) c’est l’expression de l’émotion qui va être recherchée, que celle-ci soit négative ou positive, soudaine ou non. Là encore vous trouverez, comme dans chaque théorie des contre-arguments, des cygnes noirs. Gardez à l’esprit qu’un tempérament n’est pas la réplique exacte de tous les points mentionnés. Dans le RGMP, j’insiste souvent en disant qu’il faut au moins 8 éléments vérifiés avant d’émettre une hypothèse de tempérament. En ce qui concerne les autres traits, que vous les appeliez « analyse » ou « ouverture à l’expérience », « réfléchi », « organisé », « communication » « extraverti », « cerveau gauche » etc., ils reviennent tous à un degré ou à un autre à l’un des Big Five.

En entreprise, la question du Leadership est souvent abordée et notamment en comité d’évaluation des collaborateurs, soit à la demande du salarié qui convoite un poste d’encadrement, soit à l’initiative des dirigeants qui souhaitent détecter des potentiels ou remplacer un cadre. Il existe des référentiels de compétences qui permettent de faire le distinguo. Ainsi, il est assez commun de différencier le LEADER du MANAGER selon les critères ci-dessous :leader manager

Que pensez-vous de cette catégorisation ? Et, quels sont les apports de la méthode RGMP dans ce domaine ? Est-ce que certains profils RGMP sont plus Leader que Manager ?

Lorsque vous observez le tableau du manager/leader, vous pouvez remarquer que les leaders expriment des traits du RGMP tendant plus vers l’extraversion et « cerveau droit » et les managers l’introversion et le « cerveau gauche ». Évidemment, rien n’est catégorique et vous pouvez très bien trouver des leaders poètes et des managers magiciens mais il sera beaucoup plus fréquent de trouver ces distinctions roi/poète et magiciens/guerriers pour les rôles de leaders et managers. Le RGMP va un peu plus loin que la dichotomie leader/manager en proposant plusieurs types de chaque. Ce qui est utile pour une entreprise, c’est d’engager ou de placer le bon tempérament dans la bonne équipe. Les mages seront plus des visionnaires inspirants que des guides ou des donneurs de directions, comme le seraient plus facilement les guerrier(e)s par exemple. De quoi manque votre entreprise ? Manque-t-elle d’un visionnaire comme le serait un Steve Jobs ou manque-t-elle d’un capitaine charismatique qui sait établir une autorité naturelle et mener une équipe à la victoire comme le serait un guerrier « pur » ? Au niveau des managers, il est plus facile pour un roi/une reine d’être tactique et de planifier, gérer le temps alors que le point fort d’un poète serait l’empathie et la compréhension de l’autre, la tolérance. De quelle approche a besoin votre équipe ? Dans l’idéal, une équipe possède les 4 tempéraments, se complétant ainsi et permettant de faire face à toutes les situations et à chaque membre de l’équipe de mettre celle-ci en valeur à sa façon. Quelqu’un qui maîtrise le RGMP sait à l’avance de quoi a besoin son équipe professionnellement, mais aussi humainement.

Dans votre livre « RGMP », vous donnez quelques exemples de personnalités célèbres du cinéma, de la télévision ou du monde politique. Avez-vous travaillé sur les profils de grands patrons d’entreprise tels que Bernard Arnault, Michel-Edouard Leclerc, Carlos Ghosn, Christophe de Margerie ou encore Arnaud Lagardère ?

Non je n’ai pas travaillé sur les exemples que vous me citez mais merci pour l’idée ! Au niveau des patrons d’entreprise, une opposition de style que je décris souvent lors de mes interventions est celle de Bill Gates (roi) avec Steve Jobs (magicien) car elle est très visible, notamment dans une interview d’il y a quelques années quand les deux étaient présents sur le même plateau, mais également de la culture d’entreprise. Les cas d’ Elon Musk (Paypal, Tesla) de Mark Zuckerberg (Facebook) sont également intéressants. Lorsque vous voulez analyser les tempéraments de grands patrons, les éléments les plus efficaces sont les interviews et la culture d’entreprise qu’ils souhaitent insuffler. Sont-ils plutôt médiatisés ? Aiment-ils communiquer avec eux ? Sont-ils connus pour être un peu farfelus et originaux ou au contraire discrets et rigoureux ? Comment cela se traduit-il dans le travail, leur vision de la hiérarchie, leur management, leurs relations avec les politiques. Comment font-ils pour gérer leurs équipes ? etc.

Vous êtes le fondateur de la méthode RGMP et aussi fondateur du blog Potion de Vie. Vous êtes un passionné du cerveau humain et votre blog sur la mémoire et, de manière plus vaste sur le développement intellectuel, témoigne de votre passion. Pouvez-vous nous parler davantage de vos activités de formateur et de conférencier ?

Le cœur de mon activité tourne autour de la mémoire. J’accompagne les gens dans leur apprentissage scolaire ou dans leur volonté d’améliorer leur mémoire sur le long terme. Une mémoire entraînée permet d’avoir plus de réactivité, plus de fiabilité dans la vie professionnelle et prévient une apparition précoce de maladies neurodégénératives comme Alzheimer par exemple. Nous faisons partie d’un monde où notre cerveau est de plus en plus sollicité. Ce peut être pour des choses constructives comme le travail, les projets à réaliser ou les impératifs etc. ou bien ce peut être de façon nocive comme les interruptions, les alertes courriels, les sites internet chronophages, les jeux, le téléphone … Tout ceci entraine le développement de ce que j’appelle une « maladie » : la procrastination (le fait de toujours remettre les choses à plus tard). Avec ma formation SYNAPSE, j’aide les gens à reprendre confiance en eux, mieux gérer leur temps, mieux gérer leur fonctionnement interne et les mécanismes de la procrastination. Pour développer SYNAPSE, je propose des conférences en ligne (vous pouvez avoir accès gratuitement à la dernière) devant des centaines d’internautes. J’ambitionne de créer une formation « présentielle » de SYNAPSE. Enfin, avec le RGMP, je propose une méthode accessible pour mieux travailler, mieux communiquer et comprendre l’autre, mieux vivre ses relations et mieux gérer son propre stress, en d’autres termes : être plus heureux personnellement et professionnellement. Je propose la méthode sous forme de livre, et j’interviens ponctuellement  pour présenter la méthode et la faire découvrir.

Publiée le : 22/03/2015
Interview de : Cécile Bueno-Klein

Pour en savoir plus sur la méthode de J.Y Ponce :
methode RGMP