FAIRE UNE SIESTE AU TRAVAIL PEUT CONSTITUER UNE FAUTE GRAVE

pompier faute graveConstitue une faute grave, le fait pour un pompier affecté à la sécurité d’un aéroport, d’avoir volontairement interrompu sa mission pour faire une sieste.

Alors qu’il est chargé d’une mission de sécurité au sein d’un aéroport, requérant d’être à tout moment joignable par les contrôleurs aériens, un pompier est retrouvé confortablement installé dans son camion en train de faire une sieste. Licencié pour faute grave, il conteste cette mesure. L’intéressé fait valoir qu’il s’est endormi en raison de la fatigue due à une surcharge de travail.

La cour d’appel, comme le conseil des prud’hommes avant elle, rejette sa demande. En effet, les juges de fond révèlent que le salarié avait été retrouvé endormi sur son siège en position semi-allongée, les écouteurs de son téléphone portable dans les oreilles. Ils en déduisent donc que le pompier ne s’était pas inopinément assoupi comme il le prétendait.

Compte tenu de la mission de sécurité qui lui était assignée, ces faits justifient la rupture du contrat de travail.

La sieste au travail si votre poste le permet

Source : Editions Francis Lefebvre 2016