L’ALCOOL FORT MOINS PRESENT DANS LES POTS EN ENTREPRISE

Date de publication : Vendredi 6 janvier 2012

Hors de question de sacrifier les pots en entreprises, surtout pendant les fêtes de fin d’année. Néanmoins, le mot d’ordre est à la modération concernant l’alcool, selon une étude réalisée en décembre par l’Ifop pour l’association Promotion et suivi de la sécurité routière en entreprise (PSRE).

Plus de 9 salariés sondés sur 10 sont sollicités pour participer à au moins un pot d’entreprise par an. Et 27% trinquent au bureau plusieurs fois dans le mois, contre 17% il y a trois ans, d’après une étude similaire en décembre 2008. Plus de 30% le font une fois tous les deux ou trois mois. 

Mais parmi les salariés qui participent à des pots ou cocktails sur leur lieu de travail, 39% disent ne jamais se voir proposer d’alcool, contre 32% en 2008. Le vin, le champagne, la bière ou le cidre restent des boissons incontournables et font office d’exception. Ils sont servis dans 93% des pots (contre 89% trois ans avant), alors que les alcools forts et digestifs passent de 28% à 20%. Cette pratique est encadrée par le Code du travail qui stipule qu’il est interdit d’introduire dans l’entreprise toute boisson alcoolisée « autres que le vin, la bière, le cidre, le poiré, l’hydromel ». 

Les chefs d’entreprise plus encadrants

Face à cette tradition bien française du verre entre collègues, deux tiers des chefs d’entreprise ont veillé à sensibiliser leurs salariés aux risques d’une consommation excessive d’alcool. Quelque 67% d’entre eux ont mis en place un dispositif spécial dans ce but (42% en 2008). 

Dans 26% des entreprises, contre 12% en 2008, cette initiative s’est matérialisée par la mise à disposition d’éthylotests gratuits, tandis que 59% des dirigeants ont développé une action d’information auprès du personnel (41% en 2008). 

Les chefs d’entreprise estiment que les incidents liés à une trop grande consommation d’alcool lors de ces pots sont en augmentation (35% disent avoir constaté « souvent » ou « rarement » des incidents). 

Sondage réalisé les 1er et 2 décembre par l’Ifop pour l’association Promotion et suivi de la sécurité routière en entreprise (PSRE), auprès d’un échantillon de 493 salariés issus d’un échantillon de 1 002 personnes de 18 ans et plus, et d’un échantillon de 401 chefs d’entreprise.

Source :     www.lexpress.fr