LES PRINCIPAUX EXTRAITS DE LA CONFERENCE DE PRESSE DE MARIO DRAGHI

Voici les principaux extraits de la conférence de presse tenue jeudi par le président de la Banque centrale européenne, Mario Draghi, après la décision des gouverneurs de la BCE de maintenir les taux directeurs, le taux de refinancement restant à 1%. (voir ) 

SITUATION ECONOMIQUE DE LA ZONE EURO 

« Les informations disponibles depuis le début février ont confirmé (…) des signes de stabilisation de l’économie de la zone euro. Toutefois, les perspectives économiques restent sujettes à des risques baissiers. »

 « Les projections macroéconomiques des équipes de la BCE pour la zone euro (…) ont été revues légèrement à la baisse (pour 2012 et 2013). Ces perspectives restent sujettes à des risques baissiers. Ils se rapportent notamment à des tensions renouvelées sur les marchés de la dette de la zone euro et leur contagion  potentielle à l’économie réelle de la zone. »

 SUR L’INFLATION

 « Du fait de la hausse des prix de l’énergie et des impôts indirects, les taux d’inflation devraient désormais demeurer au-dessus de 2,0% en 2012, les risques haussiers prédominant. Néanmoins, nous anticipons que l’évolution des prix demeure en phase avec la stabilité à l’horizon de politique monétaire approprié. Le rythme sous-jacent d’expansion monétaire reste contenu, cohérent avec des tensions inflationnistes limitées à moyen terme. » 

« Sur la base des prix actuels des contrats à terme pour les matières premières, les taux d’inflation annuels devraient retomber sous 2% début 2013. En anticipant au-delà, dans un contexte de croissance modeste dans la zone euro et d’anticipations d’inflations bien ancrées à long terme, les pressions sous-jacentes sur les prix devraient rester limitées. Les projections macroéconomiques de la BCE de mars 2012 pour la zone euro prévoient une inflation IPCH*  entre 2,1% et 2,7% en 2012 et entre 0,9% et 2,3% en 2013. 

« En comparaison avec les prévisions macroéconomiques de la BCE en décembre 2011, les fourchettes de l’inflation IPCH ont été revues à la hausse, notamment la fourchette pour 2012. » 

SUR L’APAISEMENT DE LA ZONE EURO

 « Au cours des derniers mois, une large gamme de nouvelles mesures non conventionnelles de politique monétaire ont été mises en oeuvre par l’Eurosystème. Trois mesures, en particulier deux opérations de refinancement de long terme à trois ans, ont été décidées dans le contexte des circonstances exceptionnelles du dernier trimestre de 2011. 

Le premier impact de ces mesures a été positif. De concert avec la consolidation budgétaire et les réformes structurelles accélérées dans plusieurs pays de la zone euro, ainsi que des progrès vers un contexte de gouvernance économique renforcé dans la région, elles ont contribué à une amélioration significative de l’environnement financier par rapport aux derniers mois. » 

SUR WEIDMANN ET LA BUNDESBANK 

« Mes relations personnelles et professionnelles avec Jens (Weidmann, le président de la Bundesbank) sont excellentes… Je veux aussi ajouter que personne… n’est isolé au sein du conseil des gouverneurs et la Bundesbank, en particulier, n’est pas isolée. 

« Il y a plusieurs raisons à cela, au delà du fait d’être une très, très importante banque centrale, mais j’ai eu aussi de très nombreuses occasions de dire mon attachement à la culture et à la tradition de maintien de la stabilité des prix de la Bundesbank. 

« Nous sommes tous dans le même bateau et je ne pense pas qu’il y ait quoi que ce soit à gagner à s’affronter ou à débattre publiquement en dehors du conseil des gouverneurs. » 

SUR LES REFORMES BUDGETAIRES ET STRUCTURELLES 

« Concernant la consolidation budgétaire, de nombreux gouvernements de la zone euro font des progrès. La poursuite d’une consolidation budgétaire complète et le respect de tous les engagements demeurent essentiels. A cet égard, le semestre devrait être mis à profit pour mettre énergiquement en oeuvre le mécanisme renforcé de surveillance budgétaire. Les réformes structurelles sont d’une égale importance pour accroître la capacité d’ajustement et la compétitivité des pays de la zone euro, renforcer les perspectives de croissance et la création d’emplois. » 

SUR LES OPERATIONS DE LIQUIDITES À TROIS ANS

« Les deux opérations sont à mon avis un succès incontestable. Le contexte de risque s’est énormément amélioré. Les marchés ont rouvert, aussi bien les segments prioritaires que garantis, les segments sécurisés et même le marché interbancaire, quoique limité encore au court terme et aux frontières nationales, ont recommencé à fonctionner un peu … légèrement mieux. 

« Certainement, nous voyons de nombreux signes d’un regain de confiance dans l’euro. L’argent réel -l’argent dit réel que les investisseurs détiennent -est, dans une certaine mesure, de retour. Nous constatons la présence des fonds monétaires, qui furent les premiers à fuir la zone euro il y a un an et demi. Nous voyons, de nouveau, des fonds de pension; nous voyons des fonds d’investissement. 

« Alors dans l’ensemble, on voit que des progrès considérables ont été faits (…) si on compare simplement la situation telle qu’elle était en novembre dernier et telle qu’elle est aujourd’hui. » 

SUR LES RESPONSABILITES DES ETATS ET DES BANQUES 

« Les opérations de refinancement à long terme (LTRO) ont eu une puissant effet de dissipation des risques extrêmes liés à l’environnement. Maintenant, je pense que la balle est dans le camp des gouvernements et des autres acteurs, en particulier des banques, pour continuer les réformes, assainir leur bilan pour qu’ils puissent continuer à soutenir -tout particulièrement les banques -la reprise. » 

SUR LA REPRISE DU CREDIT 

« L’enquête de la BCE sur le crédit montre qu’il y a eu une reprise modeste du crédit et des prêts bancaires depuis la première opération de refinancement à long terme (LTRO)** en décembre. » 

TAUX D’INTERÊT

« Nous n’avons pas discuté d’une modification des taux d’intérêt ». 

POLITIQUE MONETAIRE 

« Il nous faut renouer avec une politique de banque centrale normale et classique ». 

SUR LES LTRO

« A présent que nous avons effectué les LTRO, nous voulons en constater les effets précis ».

 

Source : www.lesechos.fr

Date de publication : vendredi 9 mars 2012

 

 *IPCH : Indice harmonisé des prix à la consommation

** LTRO : LONGER TERM REFINANCING OPERATIONS