ON NE NÉGOCIE PAS AVEC UN PERVERS NARCISSIQUE

 

Ces dix dernières années, le concept de perversion narcissique connaît un essor au niveau des médias, de la justice, des institutions et de l’environnement de travail. Utilisé à tort et à travers, presque aussi souvent que le qualificatif de « parano » (qui n’a pas entendu un collègue se plaindre d’ « un vrai parano » dans son entourage ? ), le concept doit être utilisé avec rigueur car la personnalité perverse ou sociopathique est caractérisée par des comportements spécifiques ; si elles ne représentent que 0.2 à 3 % de la population, les conséquences désastreuses de ces personnalités pathologiques justifient les nombreux articles et les campagnes de sensibilisation et de prévention.

1.Le Pervers Narcissique est à l’image d’une cyberattaque

La personnalité perverse est un véritable cheval de Troie. Il est malveillant, invisible, programmé pour détourner, prendre le contrôle, détruire. Il est indispensable de trouver un moyen de le supprimer et d’apprendre ensuite à s’en protéger.

2. Difficile voire presque impossible à détecter : le PN est un Ultra Expert

L’activité du cheval de Troie est souterraine et puissante. On parle d’« exploitation de vulnérabilité ». Il pénètre votre système par une porte dérobée sans que vous puissiez détecter quoique ce soit de prime abord. C’est un expert de très haut niveau qui utilise des techniques d’ingénierie sociale pour exercer sa domination. C’est un manipulateur* chevronné.

3. Là où il y a Prise, il y a Emprise

Le Trojan utilise une faille de votre système. Il a accès à une backdoor, une « porte de derrière », porte dérobée que votre système ne reconnaît pas ! Et oui, le Pervers s’introduit dans vos ressources pour les mettre à mal. Il menace votre intégrité narcissique, il percute vos fondations, les couches profondes de votre personnalité. Il pirate votre vie psychique en son cœur … et c’est bien pour cela que la situation est complexe. Trouver la faille de votre système ne se fait pas « tout seul ». L’aide d’un spécialiste qui connaisse bien les mécanismes de la manipulation est nécessaire. Prendre conscience de l’emprise est un premier pas.

4.  Les indicateurs de l’emprise :

Le cheval de Troie provoque une déstabilisation de votre système : sentiment de confusion, de malaise, mémoire défaillante (perte de ses clés …), plus globalement perte de vos capacités de traitement des informations (perte de lucidité, perspicacité), difficultés à aller jusqu’au bout d’une tâche, idées noires intempestives, pétage de plombs ou inertie, apathie, comportements inhabituels, sentiment de culpabilité sans savoir pourquoi, isolement (perte des amis, distanciation sociale progressive avec la famille, les êtres chers, mise au placard en milieu professionnel), dépression, anxiété, remise en question de vos croyances, de vos valeurs, de vos compétences, de votre confiance en vous, de votre propre valeur (humiliations, critiques), sentiment d’inutilité, sentiment de dépendance vis-à-vis de l’autre et de souffrances, sentiment de honte qui empêche de parler de que l’on vit, etc.

5. Chercher le pourquoi pour éviter la récidive

Une « fragilité du système » non traitée garantit la récidive. Trouver la faille, comprendre pourquoi cela vous est arrivé, évitera que cela recommence.

6.  On ne négocie pas avec un Pervers

Le Pervers est un cheval de Troie, il est programmé pour être malveillant ; il n’y a pas de négociation possible. L’urgence est donc moins de chercher le pourquoi que de se pencher sur le « comment s’en sortir » ?  On le fuit, on le neutralise avec l’aide de tiers (famille, amis, associations, etc.), avec une action en justice. Cette dernière sera difficile mais pas impossible. Pour cela, vous devez faire appel à un avocat aussi redoutable que votre cheval de Troie et capable d’opérer une contre-manipulation. Le soutien du thérapeute vous permettra également de traverser les crises d’angoisse et les attaques de panique notamment au moment des décisions de justice.

*Rappelons que la manipulation n’est pas en soi un mécanisme pathogène. Ce qui est important, c’est d’identifier l’intention du manipulateur. On peut manipuler dans un but de protection. Dans le cas du Pervers, la manipulation est utilisée dans le but d’instrumentaliser l’autre à ses propres fins. C’est en ce sens qu’elle est malveillante, dangereuse et condamnable.

 

Auteur : Cécile Bueno-Klein, psychologue du travail et des organisations

 

 

 

 

 

 

LE PERVERS NARCISSIQUE FACE A LA JUSTICE