TEST DE PERSONNALITE « NEO PI R »

OBJECTIF : VOIR AU DELÀ DES APPARENCES

Préambule

 Le test de personnalité est utilisé dans différents contextes professionnels tels que le recrutement, la gestion des carrières, le bilan de compétences, le coaching et le développement personnel.

C’est un outil de mesure fiable qui a fait l’objet d’études psychométriques rigoureuses garantissant les qualités requises de validité, de fidélité et de sensibilité.

En raison de la nature scientifique de ce test, les conditions de son utilisation nécessitent des compétences spécifiques. L’utilisation de ce test est réservée aux seuls titulaires du titre de Psychologue.

L’inventaire NEO PI R mesure cinq domaines ou dimensions de la personnalité :

–       Ouverture : curiosité intellectuelle, indépendance de jugement, créativité.

–       Conscience : compétence, ordre, sens du devoir, recherche de réussite, autodiscipline, délibération.

–       Extraversion : sociabilité, énergie, dynamisme.

–       Agréabilité : altruisme, coopération, sensibilité, confiance et modestie.

–       Névrosisme : stabilité émotionnelle et facultés d’adaptation.

Le test évalue le niveau individuel de chacune des 5 dimensions. La description est approfondie au travers des 6 sous-dimensions (ou facettes) de chacune des 5 dimensions principales.

Le score obtenu pour une dimension donnée pour chacune des facettes évalue votre tendance par rapport à des données statistiques de référence (population de même âge et de même sexe). Le score de la dimension est cohérent avec les facettes mais ne correspond pas pour autant à la moyenne des scores des facettes de cette même dimension.

En repérant la position de l’individu pour chacun des cinq facteurs, un profil global de sa personnalité rendra compte de ses motivations, de sa manière particulière d’envisager les relations aux autres, l’expérience et les émotions.

Cependant, il faut bien garder à l’esprit qu’un score « faible, moyen, élevé » ne signifie absolument pas « bon » ou « mauvais ». On mesure des dimensions en intensité par rapport à une norme. L’évaluation d’un trait n’a de sens que ramenée à un profil global et à un ensemble d’activités. Le trait peut favoriser certaines situations ou au contraire constituer une difficulté à en surmonter d’autres. L’interprétation d’un test doit être prudente et experte.

Administration : Le NEO PI-R est un questionnaire d’auto-évaluation. Les données sur lesquelles s’applique l’analyse restent subjectives. Par conséquent, les conditions de passation sont fondamentales. Le sujet doit répondre aux questions en se décrivant et en exprimant son opinion le plus sincèrement et le plus exactement possible. L’examinateur doit réduire les possibilités de biais et/ou de réponses au hasard.

Un contrôle de validité est effectué pour dépister une éventuelle tendance à l’acquiescement, à la négation et aux réponses au hasard.

   

DESCRIPTION DES CINQ DOMAINES


OUVERTURE

  L’ouverture à l’expérience décrit une dimension qui distingue les personnes imaginatives et créatives des personnes plus concrètes et plus attachées aux conventions. L’ouverture à l’expérience est une dimension nettement moins connue que N ou E.

Les personnes ouvertes sont intellectuellement curieuses, apprécient l’art et sont sensibles à l’esthétique. Elles ont tendance à être plus à l’écoute de leurs sentiments. Elles tendent également à penser et à agir de façon plus personnelle et parfois non conformiste (indépendance de jugement). Les intellectuels ont généralement un score élevé à cette échelle. Néanmoins, l’intellect doit plutôt être considéré comme un des aspects de l’ouverture à l’expérience.

Cette échelle ne reflète que très partiellement les acquis obtenus par l’éducation ainsi que les tests d’intelligence traditionnels. L’ouverture n’est donc en aucune façon équivalente à l’intelligence. Il existe des personnes très intelligentes fermées à l’expérience et d’autres très ouvertes, qui sont limitées intellectuellement. Les personnes qui obtiennent des notes faibles ont donc une curiosité limitée et si elles sont très intelligentes, elles concentrent plutôt leur potentiel sur des sujets bien circonscrits (profil spécialisé).

Une autre caractéristique du modèle cognitif de l’ouverture est de favoriser une pensée plus symbolique et abstraite, capable de dépasser la vision concrète des choses. Selon les particularités de chacun, cette disposition peut s’exprimer dans le domaine poétique et métaphorique du langage, les mathématiques, la composition musicale, les formes d’expression artistiques visuelles ou du spectacle.

Les personnes ayant un score plutôt faible ont tendance à avoir des centres d’intérêts moins nombreux et plus concrets. Elles préfèrent les choses qui s’énoncent clairement, se méfient de la complexité, n’aiment pas l’ambigüité ou les subtilités. Elles considèrent parfois les arts et les sciences avec scepticisme, considérant ces préoccupations comme obscures ou sans intérêt pratique. Les personnes fermées préfèrent à la nouveauté les choses qui ont déjà fait leurs preuves ; elles sont plutôt conservatrices et résistent parfois au changement.

Les personnes ouvertes sont souvent présentées comme plus raisonnables et plus mûres par les psychologues. Cependant, le profil plutôt ouvert ou plutôt fermé de la pensée se valorise dans des environnements différents. Le modèle de la personne ouverte est un atout dans la fonction d’enseignant. Inversement, une pensée plus fermée est efficace dans des activités telles que la police, les ventes et un certain nombre de métiers de service.


CONSCIENCE PROFESSIONNELLE

 La conscience concerne la manière dont nous gérons, régulons et orientons nos pulsions.

Au cours de leur développement, la plupart des individus apprennent à gérer leurs désirs. L’incapacité  à résister à ses pulsions et aux tentations est généralement le signe d’un Névrosisme élevé chez les adultes. Mais le contrôle de soi peut aussi renvoyer à un processus plus actif de planification, d’organisation et de mise à exécution des tâches. Les différences individuelles dans ce domaine s’expliquent par le niveau de conscience. La conscience est une dimension déterminante de la personnalité.

Les personnes ayant un score élevé savent éviter les problèmes et atteignent plus facilement leurs objectifs grâce à leur capacité d’anticipation et leur volonté de réussir. Elles sont généralement considérées par les autres comme intelligentes et dignes de confiance.

Les personnes ayant un niveau de conscience élevé ont la capacité de penser aux conséquences de leurs actes. Elles seront capables d’avoir une réflexion « en amont » et auront la capacité de s’organiser pour parvenir à leurs fins. La personne consciencieuse est une personne prudente, fiable, réfléchie et déterminée.

Le versant négatif peut être le perfectionnisme et l’obsession compulsive d’ordre, de propreté ou de travail. Les cas excessifs peuvent aussi être considérés comme arrogants, présomptueux, ambitieux ou fiers.

 Lorsque le score est bas, les personnes peuvent être perçues comme moins fiables, manquant d’ambition et montrant des difficultés à rester concentrées sur l’objectif. En revanche, ces personnes peuvent éprouver beaucoup de plaisir à faire des choses de courte durée et se montrent rarement arrogantes.

Lorsqu’il s’agit de jeu plutôt que de travail, l’impulsivité peut être source de satisfaction. Les personnes impulsives peuvent être perçues comme truculentes, amusantes voire farfelues en société. Cependant, le manque de contrôle peut générer des problèmes dans bien des cas. Certaines pulsions peuvent conduire à des attitudes antisociales. Les actes impulsifs, s’ils produisent une satisfaction immédiate et libératrice, s’accompagnent de conséquences indésirables et souvent sur le long terme : emportements verbaux et physiques conduisant à des conflits interpersonnels ou excès dans la consommation de drogue et d’alcool.

L’impulsivité peut diminuer de façon significative l’efficacité de la personne. Elle entrave l’analyse de conduites alternatives et ne permet pas de choisir une stratégie d’action adaptée.

L’impulsivité peut également gêner les personnes affectées à des projets exigeant un ordonnancement précis des tâches et des étapes : les comportements d’un sujet impulsif peuvent apparaître dans ce cas dispersés voire contradictoires.

EXTRAVERSION

 L’extraversion est marquée par un engagement prononcé dans la vie sociale. Les extravertis sont heureux d’être avec les autres, sont pleins d’énergie et éprouvent, le plus souvent, des émotions positives. Ils tendent à être enthousiastes, orientés vers l’action, contents de dire « oui » ou bien « on y va ! » dès qu’une occasion un peu stimulante se présente. En groupe, ils aiment parler, se révèlent assurés et attirent l’attention sur eux.

 Les introvertis sont peu expansifs, ont un niveau d’activité moins important que les extravertis. Ils ont tendance à se montrer calmes, modérés et moins impliqués par rapport aux autres. Leur distance par rapport à la vie sociale ne doit pas être interprétée comme un signe de timidité ou d’apathie. Un introverti a seulement moins besoin de stimulation qu’un extraverti et préfère plus souvent être seul. Le besoin d’indépendance et la réserve sont quelquefois interprétés à tort comme de la froideur ou de l’arrogance. En réalité, un introverti dont le score est élevé sur la dimension de l’agréabilité n’ira pas spontanément vers les autres mais se montrera agréable quand on ira vers lui.

Ainsi, les sujets introvertis sont réservés plutôt qu’inamicaux, indépendants plutôt que grégaires, constants et réguliers plutôt que paresseux et apathiques.

AGREABILITE

L’agréabilité reflète les différences individuelles en rapport avec l’harmonie et le consensus dans la relation avec les autres. Les personnes ayant un score élevé font en sorte de bien s’entendre avec les autres. Elles sont donc prévenantes, amicales, généreuses, serviables  et disposées à chercher un terrain d’entente. Elles pensent que les autres l’aideront en retour. Elles sont honnêtes, droites et dignes de confiance. La personne agréable est foncièrement altruiste.

Inversement, les personnes non agréables ou hostiles sont égocentriques, doutent des intentions d’autrui et entrent plus facilement en compétition qu’elle ne coopèrent. Elles s’inquiètent généralement peu du bien être des autres et s’engageront rarement pour les autres.

Un raccourci consisterait à penser qu’être agréable est préférable socialement et plus sain sur le plan psychologique. Il est certain que les personnes agréables sont plus appréciées que les individus hostiles. Cependant, la capacité à défendre ses propres intérêts est un atout de taille et l’agréabilité n’est pas une vertu sur le champ de bataille ou dans un tribunal. De plus, le doute et la pensée critique permettent des analyses rigoureuses dans le domaine des sciences.

Aucun pôle de cette dimension n’est nécessairement préférable sur le plan de la santé mentale de l’individu de même qu’aucun de ces deux pôles n’est intrinsèquement meilleur du point de vue de la société.

Cependant, deux tendances névrotiques ont pu être mises en avant par les chercheurs (Costa et Mc Crae 1990). Un A faible est associé aux personnalités narcissiques, antisociales et paranoïaques alors qu’un A élevé est souvent associé à une personnalité dépendante.

NEVROSISME – STABILITÉ ÉMOTIONNELLE

 Le névrosisme se définit comme une tendance à éprouver des sentiments négatifs. On se réfère souvent à son opposé : la stabilité émotionnelle.

 Les personnes ayant un score élevé à cette échelle peuvent éprouver de l’anxiété, de la colère, de la peur ou se sentir dans un état dépressif. Ces personnes sont généralement très réactives sur le plan émotionnel. Elles sont plus affectées que la plupart des personnes aux évènements de la vie, leurs réactions sont plus intenses que la normale. Elles interprètent souvent des situations ordinaires comme menaçantes et des évènements parfois mineurs comme insurmontables. Leurs réactions négatives ont tendance à perdurer ce qui explique leur mauvaise humeur fréquente. Cette instabilité émotionnelle peut nuire à leur capacité de lucidité (prise de décision altérée, action inadaptée) particulièrement lorsqu’elles sont confrontées à des situations réellement tendues.

A l’inverse, lorsque le score est faible, les personnes sont définies comme émotionnellement stables. Elles sont généralement calmes, d’humeur égale et détendues. Elles sont capables de faire face à des situations stressantes sans être inquiètes ou ébranlées. L’absence de sentiments négatifs ne signifie pas qu’elles éprouvent plus de sentiments positifs ; la fréquence des émotions positives est une composante de la dimension «Extraversion ».

Pour en savoir plus :

Auteur : Cécile BUENO-KLEIN, psychologue, Cabinet Axis And Search Consulting

Publié le : 26 mars 2013